Environnement: les journalistes bâillonnés

Publié le par Le Macroscope

Voici que le Journal de l’environnement du 8 juin 2010, nous parle d’un sujet que j’ai évoqué précédemment : « Environnement: les journalistes bâillonnés » ( http://www.journaldelenvironnement.net/article/environnement-les-journalistes-baillonnes,17588?xtor=EPR-9 )

 

Le sujet traite surtout de la déforestation et des exploitations minières en évoquant des pays comme la Chine, le Brésil, la Birmanie etc.

 

Dans ces différents pays certaines pratiques sont monnaie courante : « Le pouvoir de certaines entreprises impliquées dans la déforestation leur permet d’utiliser la stratégie de la « carotte et du bâton », c'est-à-dire d’intimider les reporters ou « d’acheter » leur silence »

 

Mais cela n’arrive pas chez nous, dans notre belle France « écologique » où il fait bon vivre. Ce n’est pas tout à fait vrai en fait : « … le groupe français Bolloré a ainsi porté plainte en diffamation contre des journalistes, suite à une enquête diffusée sur France Inter concernant les impacts sur l’environnement d’une exploitation de palmiers à huile d’une de ses filiales au Cameroun »

 

Bolloré … Bolloré … cela me dit quelque chose … Direct-Energie … Hambrégie. Je comprends mieux l’acharnement pour cette centrale, et certainement le « silence » de beaucoup de journalistes dès qu’on va à l’encontre de son implantation. Oui s’ils ont peur des plaintes qui pourraient être déposées contre eux, cela refroidit.

 

« Enfin, la tentation de la censure existe au sein même de ces pays » (Les pays développés). Alors, soit la France n’est pas un pays développé et dans ce cas cela « peut se comprendre », soit nous avons beaucoup de soucis à nous faire, car la censure semble très bien fonctionner.

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article