Halte au développement anarchique des Centrales thermiques au gaz en France

Publié le par le-macroscope.over-blog.fr

Publié le lundi 1er mars 2010 : http://www.cdurable.info/Halte-au-developpement-anarchique-des-Centrales-thermiques-au-gaz-en-France-Etude-de-Rene-MOMPER,2383.html

 

 

Les projets d’installation de centrales thermiques au gaz se multiplient dans l'hexagone, c’est une très mauvaise nouvelle pour le climat ! Ces centrales sont appelées Cycle Combiné Gaz (C.C.G.). L'actualité énergétique en France, cet hiver, était surtout braquée sur l’importation d’électricité du fait de l'arrêt de nombreuses tranches de centrales nucléaires. Il faut pourtant s’intéresser à un autre phénomène qui se prépare tout en douceur. La construction et les projets de C.C.G. et leurs conséquences.

 

Afin de remplacer les centrales thermiques au charbon à l'horizon 2015, il est fait appel à cette forme de production. Actuellement plus d’une vingtaine de C.C.G. sont en projets. Parmi ces projets 13 sont autorisées administrativement et sont en cours de procédure administrative. D’une puissance d’environ 450 Mégawatts par tranche cela représente donc 9 000 Mégawatts de production thermique. Néanmoins, RTE (le gestionnaire du réseau de transport d’électricité) aurait précisé que les demandes de raccordement de C.C.G. représenteraient une puissance de 16 Gigawatts. Nous pouvons donc en déduire que d’autres études de C.C.G. sont en cours.

 

En étudiant les Plans de Programmations Pluriannuelles d’Investissement électricité et gaz de 2006 et 2009, nous pouvons nous rendre compte d’une évolution non maîtrisée du nombre de C.C.G. en France.

 

 

P.P.I. gaz 2006 :

 

« Au total, le PIP prend comme hypothèse de travail l’implantation de 6 nouveaux CCG sur la période 2009-2015 représentant une puissance électrique supplémentaire de 2 500MW, pour une durée de fonctionnement de 6 000 h, ce qui entraîne un surplus de consommation en gaz naturel de 23,8 TWh en 2010 et de 28,3 TWh en 2015. »

 

P.P.I. gaz 2009 :

 

« A ce jour, 20 tranches de projets de CCCG ont été autorisées au titre de la loi 2000-108. Au total, plus de 40 projets ont été identifiés par les opérateurs de transport de gaz. Compte tenu de l’état d’avancement de ces différents projets, 10 ont atteint un stade d’irréversibilité, pour une mise en service d’ici 2012. A l’horizon 2020, si la PPI ne pointe pas de besoins spécifiques d’investissements eu égard aux objectifs de maîtrise de la demande énergétique d’une part, et de développement d’un parc décarboné d’autre part (ENR et nucléaire), elle n’interdit pas les projets des industriels. Pour notre exercice, nous retenons comme hypothèse une borne haute de 20 tranches de CCCG. »

 

 

P.P.I. électricité 2006 :

 

« Il ressort des connaissances actuelles que des potentiels de stockage existent et que le potentiel de développement pourrait être du même ordre que les capacités de stockage actuelles. De plus, la flexibilité offerte par les stockages existants permet d’envisager des développements en quantité suffisante d’ ici 2015 pour la mise en service de plusieurs cycles combinés à gaz (CCG). »

 

« On peut donc envisager le positionnement de CCG à proximité de stockages de gaz naturel, ce qui facilitera leur utilisation en modulation. »

 

« Les travaux de la PPI ont toutefois permis de conclure que la mise en service de plusieurs CCG ne posait pas de problème en matière de sécurité d’approvisionnement. La question de la sécurité d’approvisionnement et de dépendance énergétique deviendrait plus prégnante en cas d’un développement de plus grande ampleur des CCG en France (ensemble du parc thermique, participation à la base…). »

 

 

P.P.I. électricité 2009 :

 

« La PPI constate le grand nombre de projets de cycles combinés à gaz (CCG) (20 tranches ont été autorisées au titre de la "loi électrique" et une dizaine sont en construction), permettant de compenser le déclassement des plus anciennes centrales à charbon et de réduire les émissions atmosphériques associées. Au-delà des besoins pour l'équilibre offre-demande, la PPI ne fixe pas d'objectif de développement des CCG qui constitueront un moyen d'ajustement du parc de production et, suivant le principe de liberté d'établissement, la PPI préconise d'autoriser, au titre de la loi électrique, les projets des investisseurs, ce qui contribuera à la sécurité d'approvisionnement. »

 

En ne maîtrisant pas ce développement anarchique, nous allons au devant de gros problèmes : surproduction d’électricité thermique, pollution atmosphérique croissante, impossibilité de maîtriser les émissions de CO2, problèmes d’approvisionnement de gaz etc.

 

LES CENTRALES THERMIQUES EN FRANCE

 

Cette liste ne prend pas en compte les C.C.G. déjà en fonctionnement

Producteur

Nom de la centrale

Tonnes de CO2/an

Tonnes de CO2/PNAQ

Puissance en Mw

S.N.E.T.

Centrale de Lucy

554 962

2 774 810

270

E.D.F.

TAC de Brennilis

12 169

60 845

295

E.D.F.

TAC de Dirinon

7 645

38 225

170

E.D.F.

Centrale le Havre

3 733 346

18 666 730

1 450

E.D.F.

Centrale de Blénod

1 739 321

8 696 605

750

U.E.M.

Centrale de Metz

44 193

220 965

75

U.E.M.

Centrale de Chambière

193 911

969 555

90

E.D.F.

Centrale de Richemont

108

540

180

E.D.F.

Centrale de la Maxe

1 298 783

6 493 915

500

S.N.E.T.

Centrale Emile Huchet

3 397 052

16 985 260

1 086

E.D.F.

Centrale de Cordemais

4 434 147

22 170 735

2 600

S.N.E.T.

Centrale de Provence

1 983 030

9 915 150

868

E.D.F.

Centrale de Porcheville

908 832

4 544 160

2 400

E.D.F.

TAC de Gennevilliers

3 587

17 935

215

E.D.F.

Centrale de Martigues

 

 

750

E.D.F.

TAC de Vaires-sur-Marne

 

 

370

E.D.F.

TAC de Monterau

 

 

370

E.D.F.

Centrale de Vitry

894 223

4 471 115

500

E.D.F.

Centrale d'Aramon

541 457

2 707 285

1 400

E.D.F.

Centrale de Bouchain

420 151

2 100 785

250

S.N.E.T.

Centrale d'Hornaing

452 546

2 262 730

253

E.D.F.

TAC de Vitry-Arrighi

7 267

36 335

250

TOTAL

 

22 905 257

114 526 315

15 092

 

 

LES CENTRALES THERMIQUES C.C.G. EN PROJET

 

Centrales déjà autorisées :

Lieu

Puissance

Date de début d’exploitation

Nombre de C.C.G.

Dunkerque

790 MW

2006

2

Pont-sur sambre

412 MW

2009

1

Cycofos

485 Mw

2009

1

Montoire

435 Mw

2010

1

Saint-Avold

860 MW

2010

2

Combigolfe 1

425 Mw

2010

1

Bayet

410 Mw

2011

1

Blénod

440 Mw

2011

1

Martigues

950 Mw

2012

2

Combigolfe 2

425 Mw

2013

1

TOTAL

5 632 MW

 

13

 

Centrales en cours d’autorisation :

Lieu

Puissance

Date de début d’exploitation

Procédures en cours ou annoncées

Nombre de C.C.G.

Hambach

892 Mw

2013

2

Verberie

892 Mw

2013

2

Villers-Champagne

1 000 Mw

2013

2

Blaringhem

800 Mw

2013

2

Monchy-au-Bois

420 Mw

 

1

Os-Marsillon

800 Mw

 

2

Creuse

800 Mw

 

2

Antifer

800 Mw

 

2

TOTAL

6 404 MW

 

15

 

TOTAL GENERAL

12 306 MW

 

28

 

 

R.T.E. annonce 16 GW soit environ 36 C.C.G. et G.R.T.Gaz annonce environ 40 projets de C.C.G. !

 

PRODUCTION D’ELECTRICITE ET GRENELLE

 

A ce jour, la capacité maximale de production française est de 108 Gw

 

63,3 Gw Nucléaire

25,4 Gw hydraulique

15 Gw Thermique

4,3 Gw Energies renouvelables (autres qu’hydraulique)

 

La France exporte, en moyenne, 9,36 Gw et en importe 4 Gw. Soit un solde positif de 5,36 Gw.

 

La PPI (période 2009-2020) retient pour l'horizon 2020 des objectifs de développement de :

- 25 000 MW d’éolien répartis entre 19 000 MW à terre et 6 000 MW en mer ;

- 5 400 MW de solaire ;

- 2 300 MW de biomasse ;

- 3 TWh/an et 3 000 MW de capacité de pointe pour l'hydraulique.

 

Soit un total de 35,7 GW. Pour ce qui suit, je préfère garder un objectif réaliste, vu le retard pris dans le développement des énergies renouvelables, soit entre 18 à 20 Gw de capacité de production.

 

1) En admettant une croissance annuelle de consommation de 1,3% au lieu de diminuer de 20% cette consommation à l'horizon 2020 (donc contraire au grenelle de l’environnement).

 

D'ici 2020 la production d'électricité devrait être de 641 Twh au lieu de 549 Twh actuellement. Ceci donne une augmentation de 10,5 Gw de production journalière instantannée par rapport à 2008.

 

Les énergies renouvelables devront représenter 20% de la production totale d'électricité. Le nucléaire produira 65 Gw avec Flamanville, en maintenant 15 Gw de thermique, nous obtenons donc 20 Gw d'énergies renouvelables. Ceci représente une progression de 15,7 Gw, ce qui est largement supérieur aux 10,5 Gw nécessaire en 2020. L’hydraulique de base passerait à 6 Gw. Capacité totale de production : 113 Gw. Les 1,4 GW de T.A.C.(Turbines A Combustion) seront toujours nécessaires, dans ce cas les C.C.G. représenteraient 13,6 Gw.

 

Si l’on remplaçait toutes les centrales thermiques par des C.C.G. : 13,6 Gw en instantané, représente 30 C.C.G.. Dans ce cas il s’agit d’une production dite de pointe. – Comme nous produirions 5,2 Gw de plus que nécessaire nous pourrions nous passer de 12 cycles combinés au gaz, ce qui nous amène à 18 C.C.G.. En développant la micro-cogénération (voir plus bas), nous pourrions, dans l’absolu, nous passer de ces 18 C.C.G.. Nous garderons 8 C.C.G. par précaution pour le mix énergétique.

 

2) En admettant une diminution de la consommation d’énergie primaire de 20% à l’horizon 2020 (donc compatible au grenelle de l’environnement).

 

D'ici 2020 la production d'électricité devrait être de 439 Twh au lieu de 549 Twh actuellement. Ceci donne une production journalière instantanée de 50,1 Gw. Soit une diminution de 12,7 Gw par rapport à 2008.

 

Les énergies renouvelables devront représenter 20% de la production totale d'électricité. Le calcul est un peu différent, vu que l’on diminue la production et en même temps on augmente la part d’énergies renouvelables. Le nucléaire reste à 65 Gw, nous diminuons le thermique à 5 Gw. pour arriver à 70 Gw (soit 80% de la production). Il reste donc 17,5 Gw pour les énergies renouvelables (20% de l’énergie primaire). Nous aurions donc une capacité de production, rien qu’avec le nucléaire, de 65 Gw en moyenne, ce qui est supérieur aux 50,1 Gw nécessaires. On y ajoute 17,5 Gw d’énergies renouvelables (hydraulique de base comprise) ce qui donne 82,5 Gw de production de base. Le thermique, en pointe pourra apporter 5 Gw et l’hydraulique en pointe pourra également ajouter 19 Gw. Rien qu’avec cela, nous aurions une production, en pointe, de 106,5 Gw. Les 1,4 GW de T.A.C. seront toujours nécessaires, il reste donc 3,6 Gw pour les C.C.G..

 

Sans tenir compte des 10,7 Gw que pourrait apporter la micro-cogénération (voir plus bas), 3,6 Gw représente 8 C.C.G.- 5 Gw de centrales thermiques, c’est 10 Gw de moins qu’actuellement. Soit l’équivalent de 22 cycles combinés qui n’auraient pas besoin d’être construits. Soit un total de 8 C.C.G..

 

 

 

Dans les 2 cas il suffit d’exploiter 8 C.C.G. au maximum – 13 sont déjà en exploitation ou en construction. Les T.A.C. seront toujours nécessaires pour la « vraie » pointe.

 

Micro-cogénération

 

Dans ce développement, seule la micro-cogénération par le gaz naturel est pris en exemple, afin de pouvoir faire des comparaisons avec les C.C.G.. La micro-cogénération peut être également se faire par des granulés de bois etc.. N’est pas pris en compte la cogénération qui pourrait également se développer d’avantage afin de faire baisser les besoins de production thermique. Nous sommes donc dans un cas minorant.

 

Au niveau de la pollution atmosphérique souvent, pour les C.C.G. il n’est pas tenu compte des émissions lors des différentes phases de démarrage et de redémarrage de la centrale. Comme pour un moteur de voiture à froid, lors du démarrage, la combustion n’est pas optimale et engendre donc des émissions de polluants fortement augmentés par rapport à la phase de production « normale ». Ces démarrages et redémarrages interviendront plusieurs fois par jour, vu qu’un tel type de centrale ne devrait être utilisée que pour la production d’électricité en semi-base.

 

En prenant exemple d’une chaudière gaz à condensation (celle de nous autres particuliers), celle-ci rejette 40 mg de Nox par Kwh alors qu’une centrale thermique au gaz en rejette 290 mg/kwh. C’est à dire plus de 7 fois plus.

 

Un C.C.G. a également besoin de 350m3 d’eau par heure pour produire la vapeur nécessaire au fonctionnement des turbines. Soit la bagatelle de 2,8 millions de m3 par an. Cette eau est prélevée dans les cours d’eau sans jamais être rendue. En fait 550m3 par heure sont nécessaires et 200m3 sont « rendus » pollués.

 

Le très gros inconvénient des C.C.G. projetées dans l’hexagone est qu’on ne valorise pas la chaleur émise inutilement dans l’atmosphère. On annonce un rendement de 60%, mais dans les faits, si l’on considère la quantité de gaz consommée et la puissance fournie par un C.C.G. nous avoisinons plutôt les 43% de rendement. 720 millions de mètres-cube de gaz correspond à environ 8 310 Gwh, or la centrale produira 3 568 Gwh pour une année. On est très loin des 60% de rendement annoncés et très proche de 57% d’énergie gaspillée inutilement.

 

Pour chauffer une maison de 100 m2 il nous faut, en moyenne, 18 000 Kwh, ce qui représente 1 560 m3 de gaz. (Pour les puristes : le coefficient de conversion Kwh-m3 de gaz utilisé dans cet exemple est de 11,54- gaz H). La consommation de gaz de cette centrale permettrait donc de chauffer l’équivalent de 923 000 foyers.

 

En utilisant des chaudières à production d’électricité (micro-cogénération) nous pourrions valoriser notre consommation de gaz. Certes, ce genre de chaudière utilise 4% de gaz en plus, mais elle permet de produire environ 5 000 kwh par an. La production d’électricité de ce genre de chaudière à micro-cogénération à gaz est de l’ordre de 28%.

En consommant 4% de gaz en plus, chaque foyer consommerait 1 620 m3 de gaz par an. De ce fait le nombre de foyers concerné serait de 888 890, en revanche ces mêmes foyers produiraient 4 444 Gwh par an. Ce qui représente la production de 1,2 C.C.G. de 450 MW alors que ces centrales ne font que produire de l’électricité : 3 600 Gwh par C.C.G. pour 8 000 heures de fonctionnement par an (ou un peu plus de 2 C.C.G. fonctionnant 4 500 heures par an).

 

En France il y a environ 30,7 millions de logements dont 17 millions qui utilisent le chauffage au gaz. Rien qu’en équipant ces 17 millions de logements nous pourrions ainsi produire 85 000 Gwh, soit l’équivalent de 24 C.C.G. de 450 MW fonctionnant 8 000 heures par an, ce qui correspond à 10,7 Gw en pointe (ou 42 C.C.G. fonctionnant à 4 500 heures par an). Pour une production électrique équivalente et bien répartie sur le réseau électrique français, nous éviterions ainsi les rejets de 24 C.C.G.. Ces rejets « économisés » représenteraient tout de même la bagatelle de 31 200 000 tonnes de CO2 par an (en plus des autres polluants) et 76 800 000 m3 de vapeur d’eau non rejetés inutilement dans la nature. Nous ne gaspillions pas des dizaines de milliards de mètre-cubes de gaz rien que pour produire de l’électricité.

 

Les réseaux électriques pourraient plus facilement véhiculer cette production. En combinant pompes à chaleurs et micro-cogénération, l’un fournirait le courant à l’autre. Une solution pour la Bretagne et P.A.C.A.. Même dans l’hypothèse haute (1,3% par an d’augmentation de la demande en électricité d’ici à 2020), nous n’aurions besoin que de 6 C.C.G. dans ce cas. Par sécurité, 8 C.C.G. devraient largement suffire.

 

En somme cela représente :

85 Twh de production d’électricité annuelle

10,7 Gw de production d’électricité en pointe

31,2 millions de tonnes/an de CO2 en moins par rapport aux C.C.G.

76,8 millions de m3/an de vapeur d’eau non gaspillée

67,2 millions de m3 d’eau non prélevées dans les cours d’eau

17,28 milliards de m3 de gaz économisés par an

8 C.C.G. au maximum suffiront

 

 

 

Le Gaz

 

Les infrastructures d'acheminement de gaz ne suffiront pas à alimenter toutes ces centrales. Dans sa « note d’intention » G.R.T. indique que la modulation journalière représente un volume total d’environ 80 Gwh pour une consommation annuelle de l’ordre de 500 Twh. L’intégration sur son réseau d’une vingtaine de C.C.G. fonctionnant 8 heures par jour engendrerait, en supplément, une modulation estimée à 100 Gwh et un débit 3 fois supérieur au débit horaire moyen de la journée . La P.P.I. Gaz 2009 retient comme hypothèse haute 20 C.C.G..

 

Dans ce qui précède, on estime à 2 920 heures le fonctionnement d’un C.C.G. par an (8h/j), ce qui est tout juste le seuil de « rentabilité » d’un C.C.G. . D’après ces données il y aurait une consommation de 54 000 m3 de gaz par heure ou un coefficient de conversion de 6,9 au lieu de 11,54 ? Or R.T.E. annonce 16 Gw de C.C.G. soit la bagatelle de 36 C.C.G. et la consommation réelle en gaz d’un C.C.G. est de 90 000m3 par heure. Les producteurs vont plutôt faire fonctionner leurs C.C.G. aux environs de 4 500 heures par an, pour rentabiliser leurs investissements.

 

90 000 m3 de gaz/heure durant 12 heures (4 500 heures/an) correspond à 12,46 Gwh. Avec 35 C.C.G. cela représenterait 436 Gwh de modulation. Soit au peu plus de 5x plus que la modulation journalière actuelle. Ce qui est techniquement impossible avec les réseaux de gaz dont nous disposons.

 

"Principes relatifs à l'acheminement de gaz pour les centrales de production d'électricité raccordées au réseau de transport de gaz naturel" (C.R.E. du 26 février 2009)

6 000MW sont déjà supérieurs à ce que prévoyait la P.P.I. 2006 -  Voir 2.3 : "...un objectif d'installation de CCCG à hauteur de 3 000MW en 2015 était fixé par la PPI électrique de 2006..."

 

4.1 "Il n'existe pas à ce jour d'étude d'ensemble portant sur la capacité des infrastructures gazières françaises à répondre aux besoins des centrales électriques prévues"

Ce qui veut dire que toutes les centrales au Gaz pourraient ne pas être correctement approvisionnées.

 

4.3 "...il est nécessaire que les centrales électriques, qui ont un fonctionnement exigeant pour l'équilibrage du réseau, fournissent aux GRT, au minimum la veille pour le lendemain, leur programme horaire de consommation de gaz naturel"

Les centrales au gaz ne peuvent donc pas répondre aux pics de consommation horaires. Seuls les pics déjà connus la veille pourraient être traités.

 

4.4 "Si des surcoûts réels et directement liés au fonctionnement des centrales de production d'électricité étaient avérés, la CRE pourrait alors, comme le prévoit la loi, proposer de nouveaux tarifs d'utilisation des réseaux de transport aux ministres, de façon à ce que ces coûts soient couverts"

D'après vous qui va payer ces surcoûts ? Les consommateurs bien sur, donc tous ceux qui utilisent du gaz naturel !

 

4.6 "...de nombreux projets devraient faire l'objet d'une décision finale d'investissement, que les incertitudes actuelles risquent de retarder ou d'empêcher"

 

Avec 8 C.C.G. fonctionnant à 8 000 heures par an, la modulation journalière serait de 183 Gwh. Ce qui est déjà plus que le double de la modulation journalière actuelle.

 

183 Gwh correspond à :

 

- 8 C.C.G. fonctionnant à 8 000 heures par an (22h/j)

- environ 14 C.C.G. fonctionnant à 4 500 heures par an (12h/j)

- environ 22 C.C.G. fonctionnant à 2 920 heures par an (8h/j)

 

En 2007 la consommation française s’établissait à 532 Twh de gaz. 8 C.C.G. (8 000 h) vont consommer environ 67 Twh soit une augmentation de 13% de la consommation de gaz. Avec 35 C.C.G. à (4 500 h) cela représenterait 167 Twh soit une augmentation de 31% de la consommation de gaz.

 

Une augmentation de 13% de la consommation de gaz est envisageable.

 

Or à ce jour 13 C.C.G. sont en constructions ou autorisées. Avec 4 500 heures de fonctionnement cela représente

162 Gwh de modulation journalière.

 

 

8 C.C.G. au maximum permettent d’éviter des modifications importantes des infrastructures de gaz actuelles

 

 

LES QUOTAS DE CO2

 

Site du Ministère de l’Ecologie :

 

« Le PNAQ pour la période 2008-2012 a été bâti en partant des émissions constatées, des prévisions de croissance de l’activité, et en appliquant un taux d’effort global de 3,4 % qui incitera les industriels à poursuivre leurs efforts pour la maîtrise de leurs émissions.

 

S’agissant des installations existantes déjà soumises en première période, le PNAQ pour la période 2008-2012 prévoit une baisse de 5,9 % des quotas par rapport à la période 2005-2007 : 141,6 MtCO2/an contre 150,4 MtCO2/an. La réserve pour les nouveaux entrants est, quant à elle, fixée à 9 MtCO2/an pour couvrir les besoins liés aux investissements nouveaux »

 

Or dans le P.N.A.Q. II (2008/2012) de la France mis à disposition sur le site de la Commission Européenne, nous pouvons lire que la France a un « droit d’émission » de 647 634 045 tonnes de CO2 sur cette période. Pour simplifier environ 129 500 000 tonnes par an. 1 004 entreprises y sont référencées. Comment expliquer une telle différence de chiffres ?

 

De plus sur le site de l’I.R.E.P., pour l’année 2007, il y a 1 172 établissements référencés pour un total d’émission de CO2 de 166 993 200 tonnes (toujours pour 2007). Ces données sont régulièrement mises à jour.

 

Que sont devenus les 168 établissements non retenus dans le P.N.A.Q. II et surtout que sont devenus les 37 millions de tonnes de CO2 entre ces deux tableaux ?

 

Le PNAQ pour la période 2008-2012 prévoit 45 MtCO2 en prenant une base de 4 500 heures de fonctionnement par an :

 

Montoire

435 Mw

2010

1 C.C.G.

1,8 Mt de CO2 pour la période 2010/2012

Saint-Avold

860 MW

2010

2 C.C.G.

3,6 Mt de CO2 pour la période 2010/2012

Combigolfe 1

425 Mw

2010

1 C.C.G.

1,8 Mt de CO2 pour la période 2010/2012

Bayet

410 Mw

2011

1 C.C.G.

1 Mt de CO2 pour la période 2011/2012

Blénod

440 Mw

2011

1 C.C.G.

1 Mt de CO2 pour la période 2011/2012

Martigues

950 Mw

2012

2 C.C.G.

0,7 Mt de CO2 pour 2012

Total

 

 

 

9,9 Mt de CO2 pour la période 2010/2012

 

Feuille de route de la France en matière de production d’énergie, publiée le 17 décembre 2009 :

 

Ministère de l’environnement : "Les émissions de gaz à effet de serre du parc thermique centralisé français devraient ainsi être réduite des deux tiers d’ici 2020".

 

Or avec le nombre de projets de Centrales Thermiques au Gaz, actuellement en constructions ou en projet (environ 16 tranches) nous aurions une émission de l'ordre de 20 millions de tonnes de CO2.

Le parc thermique actuel émet aux environs de 23 millions de tonnes de CO2.

Il est donc impossible de réduire de 2/3 ces émissions si l'on autorise la construction de toutes ces centrales. »

 

1/3 des émissions de CO2 de 23 000 000 de tonnes représente 7 600 000 tonnes par an

 

Les 13 C.C.G. en exploitation ou en construction, avec 4 500 heures de fonctionnement dans l’année, vont émettre 9 500 000 tonnes de CO2 par an. Les T.A.C. émettent aux environ de 50 000 tonnes de CO2 par an ce qui est négligeable.

 

Avec 8 000 heures de fonctionnement cela représenterait près de 17 000 000 de tonnes de CO2 par an.

 

Pour arriver à 7 600 000 tonnes de CO2 par an il ne faudrait « que » :

    - 10 C.C.G. au maximum (4 500 heures)

    -  6 C.C.G. au maximum (9 000 heures)

 

Avec 8 C.C.G. fonctionnant à 5 600 heures par an, environ, nous arriverions aux 7 600 000 tonnes de CO2 par an.

 

Dans tous les cas avec 13 C.C.G. en exploitation et en construction nous dépassons déjà largement les quotas souhaités par le Ministre de l’environnement.

 

8 C.C.G. au maximum permettent de maîtriser les quotas d’émissions de CO2

 

 

RACCORDEMENT ELECTRIQUE D’UNE CENTRALE

 

Le raccordement électrique d’un C.C.G. au réseau national peut se faire en aérien ou en souterrain. Ci-dessous un exemple de projet de raccordement en souterrain d’une centrale thermique composée de deux C.C.G. (centrale également en projet) :

 

C.R.I.I.R.E.M. : « … Ces lignes sont généralement enterrées à 1m50 2m de profondeur.

 

Nous recommandons de respecter une distance de 30 à 40 m environ pour que le champ magnétique ne soit pas supérieur à 0.25µT mais cela varie aussi selon le transit de la ligne… »

 

« …Les champs magnétiques créés par les lignes 225 000 volts et 400 000 volts enfouies peuvent avoir des effets néfastes sur les personnes utilisant :

 

- un cardiostimulateur (Pacemaker) : déréglage du programme => réversion ou accélération du rythme ventriculaire

 

- chaise roulante électrique : blocage des commandes => chaise roulante inactive ou pire incontrôlable

 

- Valve magnétique de dérivation ventriculo-atriale ou péritonéale : déréglage du débit => maux de tête

 

Ces lignes devraient être enfouies dans des endroits inaccessibles à ces personnes. Se pose donc le problème du passage sous des routes ou chemins.

 

Elles doivent également être enfouies loin de tout bâtiment ou habitation pour éviter, en plus, les courants de fuite qui pourraient endommager les appareils électriques ou pire encore remonter le long des clôtures.

 

Elles ne doivent pas être enfouies près des endroits où stationne du bétail.

 

En somme ces lignes vont rendre "stérile" pas mal de terrains.

 

« Concernant le raccordement en 225 000 volts de la seconde tranche du projet de centrale, il y aurait un courant d'environ 1 980A qui devrait circuler dans les câbles, ce qui est énorme.

 

Le champ magnétique sera compris dans l'axe de la liaison, à 1m du sol entre 15 et 30µT. J’ai vérifié qu’avec un passage de 1 982 ampères dans ces câbles (si les profondeurs sont respectées) nous devrions avoir 50µT à 1 mètre du sol. Si les lignes étaient aériennes (à 20m du sol) cela représenterait au maximum 3,76µT à 1 mètre du sol. Ce qui est plus que les 0,25µT recommandés par le Parlement Européen (A3-0238/94.du 11 avril 1994). Pour arriver à ces 0,25µT il faut être placé à 28 mètres de l’axe de liaison. Ce qui veut dire qu’une bande de 28 mètres de part et d’autres de la liaison doit être dépourvue d’habitations 

 

Concernant le raccordement en 400 000 volts de la seconde tranche du projet de centrale, il y aurait un courant d'environ 1 000A qui devrait circuler dans les câbles.

 

- Le champ magnétique sera compris dans l'axe de la liaison, à 1m du sol entre 10 et 40µT. J’ai vérifié qu’avec un passage de 1 000 ampères dans ces câbles (si les profondeurs sont respectées) nous devrions avoir 19µT à 1 mètre du sol. Si les lignes étaient aériennes (à 20m du sol) cela représenterait au maximum 1,89µT à 1 mètre du sol. Ce qui est plus que les 0,25µT recommandés par le Parlement Européen (A3-0238/94.du 11 avril 1994). Pour arriver à ces 0,25µT il faut être placé à 20 mètres de l’axe de liaison. Ce qui veut dire qu’une bande de 20 mètres de part et d’autres de la liaison doit être dépourvue d’habitations.

 

En tout cas pour les habitants proche de cette ligne, il y a beaucoup d'inquiétudes à avoir »

 

Des problèmes liés à la santé sont à craindre, le Parlement Européen, dans sa résolution A3-0238/94 propose un seuil d’exposition aux champs magnétiques basse fréquence à long terme de 0,25 µT.

 

 

- Monographies du CIRC (Volume 80) (19-26 juin 2001) - Static and Extremely Low Frequency Electric and Magnetic Fields - en préparation pour l’étude Interphone  (0,4µT)

- Scientifiques indépendants  - Roger SANTINI (France 1995) - Pierre LE RUZ (France 1995) - Jean- Marie DANZE (Belgique 1995) (0,2µT)

- 1999 en SUEDE (norme TCO 99 ) (0,2µT)

- Président du Conseil National américain de Protection contre les Radiations (NCRP : Council Radiation Protection Board recommandations)-  rapport du 13/06/1995 - hôpitaux, écoles et résidences (0,2 à 1 µT)

- C.H.U.de Brest- article678- contenu5581 (mise à jour 12 01 2010) – revoir les normes ?

 

QUANTIFICATION DES IMPACTS DIRECTS DU PROJET DE CENTRALE HAMBREGIE

 

Pour sortir des valeurs supérieures à 0,25 µT (en basse fréquence) il faut :

- Pour le 400 Kv : il faut être placé à plus de 20 mètres de l’axe de liaison.

- Pour le 225 Kv : il faut être placé à plus de 28 mètres de l’axe de liaisons, parce que l'intensité du courant transportée dans cette ligne sera plus élevée que dans la 400 KV à puissance égale (448 Mw) : environ 1 000 ampères pour la 440 Kv et 1 982 ampères  pour la 225 Kv.

 

En considérant 7 km de tracés pour le 225 KV cela donne :

- 5x7 000 = 35 000 m2 affectés par les travaux (soit la superficie de 7 terrains de football)

- 28x2x7 000 = 392 000 m2 affectés par des champs magnétiques Basse Fréquence de plus de 0,25µT (soit la superficie du projet Hambrégie)

 

En considérant 18 km de tracés pour le 400 KV cela donne :

- 5x18 000 = 90 000 m2 affectés par les travaux (soit la superficie de 18 terrains de football)

- 20x2x18 000 = 720 000 m2 affectés par des champs magnétiques Basse Fréquence de plus de 0,25µT (soit 1,4x la superficie de l’étang de Hirbach ou 1,8x la superficie du projet de Hambrégie)

 

- 0,6 ha pour l’extension du poste de Rémelfing

 

- 3 ha pour la construction du poste de raccordement à la ligne Marlenheim-Vigy

 

En somme le projet Hambrégie affecte directement 40 ha + 39 ha + 72 ha + 0,6 ha + 3 ha soit environ 155 ha (dont 111 ha par les champs magnétiques Basse Fréquence supérieurs à 0,25µT hors implantation de la centrale) Cela représente 310 terrains de football.

 

Pour donner une idée, cela représente un carré de 1 245 m x 1 245 m.(1,55 km2) soit, pour la ville de Metz tout ce qui se trouve entre la Gare Centrale, L’île du Saulcy (université), La C.A.F. et l’Hôpital militaire Legouest serait exclus de toute habitation. Donc plus que le centre-ville de Metz !

 

metz

 

 

Ceci pour les besoins directs du projet de centrale. Ensuite il y a bien sur, tous les effets néfastes sur l'environnement et la Santé en émissions de gaz et eau, en phase d'exploitation.

 

 DEVELOPPEMENT DES VOITURES ELECTRIQUES

 

Avec le développement des voitures électriques, la consommation électrique va augmenter.

 

Une voiture électrique de moyenne gamme, va consommer, en moyenne, 15 Kwh pour 100 km (150Wh/km). Admettons, hypothèse haute, que la moyenne des français fait 100 km par jour (cela se situe plutôt aux environs de 40 km). Il faudra recharger régulièrement les batteries. Soit 15 Kwh à recharger.

 

On peut faire appel à des bornes de charge rapide de 35 Kw vont recharger un véhicule de ce type en environ ½ heure, ou alors charger les batteries tranquillement chez soi (souvent la nuit). On peut compter un temps de charge de 5 heures, 16A sur le secteur 220V, soit environ 17,5 Kwh (en comptant les pertes de charges).

 

29 millions de véhicules à charger en même temps, en réalité ce sera réparti sur la journée et la majorité la nuit. Mais admettons 29 millions de véhicules à charger en même temps. Cela représente 3,5 KW x 29 000 000 = 101,5 Gw.

 

En estimant qu’un quart des véhicules vont se recharger entre 8H et 20H et que les ¾ le seront entre 20H et 8H. Nous aurions donc un appel maximal de courant durant la nuit. ¾ de 29 millions de véhicules cela fait environ 22 millions de véhicules. En répartissant les temps de charges par tiers entre 20H et 8H du matin, nous aurions, au plus fort, environ 14,5 millions de véhicules qui serait en charge en même temps. Soit 14 500 000 x 3,5 Kw = 50,7 Gw.

 

En utilisant également le principe de recharge par échange de batteries, cela permet de répartir ces charges sur l’ensemble de la journée. Dans ce cas admettons qu’¼ des véhicules, qui normalement se chargent la nuit, utilisent ce principe nous aurions encore 16,5 millions de véhicules qui se chargent la nuit. Au plus fort cela représente 8,25 millions de véhicules qui se chargent en même temps. Soit 8 250 000 x 3,5 Kw ce qui représente environ 29 Gw.

 

En journée, cela représente 12,5 millions de véhicules à recharger entre 8H et 20H. Au plus fort cela représente 6,25 millions de véhicules à recharger. Soit 6 250 000 x 3,5 kw ce qui représente environ 22 Gw.

 

Nous n’allons certainement pas utiliser des centrales thermiques pour charger des voitures électriques. Ce serait une aberration !

 

En hiver, la consommation moyenne (durant les heures creuses) se situe aux environs de 60 à 65 Gw. Si l’on ajoute encore 29 Gw cela nous amène à environ 90 Gw. Ajouter 29 Gw de production de base, revient à construire encore 18 réacteurs E.P.R..

 

Un exemple trouvé parmi tant d’autres : pourquoi ne pas créer des « îles énergie » :

 

Les énergies renouvelables telles que le solaire et l'éolien sont fondamentalement intermittentes. Cela signifie que leur contribution en masse dans le mix électrique est conditionnée à la mise en place d'un système de stockage performant et économique. Le stockage par pompage/turbinage est la meilleure technologie disponible aujourd'hui. L'efficacité énergétique globale est de 81% (pompage: 90% - Turbinage: 90%).

20 GW d'éolien, avec un facteur de capacité de 25% correspond à une production d’environ 44 TWh. 29 millions de voitures électriques qui consomment 0,15 kWh/km et parcourent tous les jours 100km pendant un an correspond à une demande de 48 TWh. L'île-énergie permettrait donc de servir de tampon à l'alimentation de 29 millions de voitures électriques. Le parc éolien couplé à cette île-énergie permet d'assurer 335 jours par an en moyenne un débit constant de 5 GW (Lors de périodes de plusieurs jours sans vent, les centrales à (bio)gaz prennent le relais). 6 Iles de ce type suffiraient à subvenir à ces besoins (30 Gw). L’investissement pourrait être de l’ordre de 5 milliards d’euro par île, soit l’équivalent du coût d’un E.P.R..

 

Plus pragmatiquement, le passage au « tout électrique » se fera sur les 30 à 40 années à venir. Nous pourrons donc adapter les moyens de production d’électricité au fur et à mesure de façon « écologique ». 29 Gw d’énergies renouvelables à développer sur 40 années représente une progression de 725 Mw par an. C’est tout à fait réalisable.

 

 

Nous n’allons pas recourir à de la production électrique thermique émettrice de CO2, pour alimenter les voitures électriques non émettrices de CO2.

725 Mw par an de développement d’énergies renouvelables suffiront à absorber la demande de production d’électricité pour le développement du parc automobile électrique français dans les 40 années à venir.

 

 

EN CONCLUSION

 

Que ce soit en respectant le Grenelle de l’environnement ou en augmentant la production de 1,3% par an d’ici 2020, en développant ou non la micro-cogénération, en incluant l’évolution du parc automobile français vers le « tout électrique » il suffirait :

 

- De 8 C.C.G. au maximum pour permettre de subvenir aux besoins de production d’électricité en semi-base (voire en « pointe »), en maîtrisant la diminution des quotas de CO2, en évitant des investissements trop lourds dans les infrastructures de Gaz, en réduisant les risques d’explosions (peu de C.C.G.) et surtout en évitant les émissions de milliers de tonnes de produits toxiques dans l’air et dans l’eau

 

- De développer les énergies renouvelables de 725 Mw par en dans les 40 années à venir.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article