Hambrégie deviendrait Carlrégie ?

Publié le par Le Macroscope

Et on reparle, encore une fois, de la centrale. Cette fois c’est La semaine qui consacre un article dans son édition du 7 juin 2010 : « Une centrale combinée à Carling ? » ( http://www.lasemaine.fr/2010/06/07/une-centrale-combinee-a-carling- )

 

Surgit, à nouveau, l’option déjà relatée dans l’article du même média du 1 février 2010 à savoir le site de Carling : « Centrale à Hambach : riposte et rumeurs » ( http://www.lasemaine.fr/2010/01/29/centrale-a-hambach--riposte-et-rumeurs )

 

Quel est l’engouement pour cette implantation inutile d’un point de vue énergétique en France ?

 

Faut-il simplement faire plaisir à certains actionnaires et ne pas tenir compte du Grenelle de l’Environnement ?

 

Doit-on sacrifier la santé des habitants et l’environnement, pour que les dirigeants de ces grands groupes puissent dîner en tête à tête avec nos décideurs politiques ? Afin de discuter entre « gens civilisés » et ne pas traîner des « boulets » comme nous autres citoyens.

 

Certes, le site de Carling présente différents avantages. Il y a déjà une zone industrielle. Cela permettrait de dépolluer l’ancien site de la cokerie, les infrastructures de transport d’électricité sont déjà présentes etc. Mais où vont-ils pomper l’eau pour les besoins de cette centrale ? 

 

Néanmoins cette centrale est inutile. La question de son implantation géographique n’aurait même pas lieu d’être.

 

Dans son article du 30 octobre 2009 : « Projet de centrale à Hambach : communiquer pour l’emporter » ( http://www.lasemaine.fr/2009/10/29/projet-de-centrale-a-hambach--communiquer-pour-lemporter ) on prône la communication autour de cette centrale. C’était un peu tard, il aurait fallu le faire beaucoup plus en amont d’un tel projet. Pour cela il y a la concertation, mais elle n’a pas eu lieu.

 

Les deux communications que j’ai relevées, dans cet article, sont :

 

- Philippe Guillaume, le président de la CCI de Moselle « L’enjeu dépasse celui de quelques agités s’opposant à un lotissement »

 

- le directeur de Direct Energie, Xavier Caïtucoli « Je ne crois pas qu’une industrie s’implante contre un territoire. Ce sont les deux qui gagnent ensemble. Nous travaillons sur deux items, celui de la transparence et celui de la co-construction. »

 

Pour la première communication, nous agitons les « politiques », car ils n’ont pas encore conscience de ce qui se trame dans l’Hexagone. Eh non, ce n’est pas que Hambach !

 

Pour la seconde, vu que le territoire est contre (citoyens, 8 communes sur 11, la Région Lorraine, sans parler du rapport défavorable du commissaire enquêteur), la messe devrait être dite et le projet abandonné.

 

Commenter cet article