Hambrégie : enquête publique raccordement 225 000 volts

Publié le par Le Macroscope

Après quelques mois de silence (pour des raisons personnelles et de santé), je réactive mon blog pour un sujet local (et national) d'actualité. Vous trouverez, ci-dessous, ma première contribution à l'enquête publique concernant le projet de raccordement d'une tranche de l'hypothétique centrale au Gaz Hambrégie en 225 000 volts vers le poste électrique de Rémelfing :

 

----------------------------------------------------

 

Monsieur le Commissaire Enquêteur

 

Par la présente, je souhaite vous faire part de mes premières réflexions concernant l’un des projets de raccordement électrique de l’hypothétique centrale électrique au gaz prévue sur le futur Europôle 2 à Hambach, en l’occurrence celui en 225 000 volts vers le poste électrique de Rémelfing.

 

Je ne vais pas aborder dans ces premières réflexions les aspects techniques, environnementaux, économiques et humains, mais des réflexions concernant toute cette « mascarade » de projet de centrale thermiques au gaz.

 

Premièrement, il n’y a aucune vision globale concernant le développement « anarchique » de toutes ces centrales au gaz en France. Partout, en France, on voit apparaître un nombre important de projets de ce type (plus d’une trentaine). L’ancien et l’actuel Ministre de l’environnement n’ont pas répondu à mes différents courriers concernant ces projets. C’est un sujet Tabou.

 

Il n’y a, donc, aucun schéma directeur national concernant le développement de ces centrales, même la P.P.I. électricité est réajustée au coup par coup.

 

Deuxièmement, le projet de centrale thermique au gaz est « artificiellement » scindé en plusieurs « sous-projets ». D’un coté le projet de centrale proprement dit, d’un autre les projets de raccordements électrique (dont cette enquête publique en est un « sous-produit »), sans oublier les raccordement au gaz, à l’eau etc.. D’ailleurs la Commission Nationale des Débats Publiques (C.N.D.P.) a abondé dans mon sens dans son « COMMUNIQUE DES DECISIONS DE LA CNDP DU 4 NOVEMBRE 2009 » : « … La Commission regrette que le projet de construction d’une centrale de production de type « Cycle combiné à gaz », qui rend nécessaire le raccordement et fonde l’opportunité de ce dernier, ne donne pas lieu, dans le cadre de la réglementation actuelle, à une saisine de la Commission nationale.

La Commission considère l’ensemble du projet (production d’électricité et évacuation) comme artificiellement scindé... » .

 

Comment peut-on construire une centrale sans savoir comment écouler la production d’électricité, et inversement, pourquoi construire des lignes s’il n’y a pas de centrale électrique ? Les deux sont liés. Il est donc inconcevable de les scinder.

 

L’enquête publique concernant le projet de centrale thermique au gaz Hambrégie a été menée il y a deux ans. Les habitants, qui vont maintenant subir les nuisances dues au passage des lignes T.H.T. n’ont pas été consultés (ceux concernés par le projet 400 000 volts). Ils auraient du l’être. Ils sont mis devant le fait accompli. Ils ne peuvent plus s’exprimer sur l’opportunité de construire une centrale ou non. C’est antidémocratique !

 

Dès que le sujet des raccordements électrique du projet de centrale thermique a été abordé, il a été dit que cela n’entrait pas dans le cadre de l’enquête publique d’il y a deux ans. Et maintenant, on ne peut plus s’exprimer sur l’opportunité de ce projet de centrale, dans le cadre de l’enquête publique actuelle.

 

Le commissaire enquêteur nommé pour l’enquête publique Hambrégie a émis un avis défavorable (je dirais même très défavorable), sur tous les points de ce projet. Le Préfet a passé outre son avis, qui est pourtant l’avis de la majorité de la population.

 

Pour moi, se pose donc une question simple, une enquête publique ne sert-elle qu’à être une boîte à suggestions, qui, dans la majorité des cas, n’est pas lue, ou survolée… A quoi cela sert-il de passer du temps à vouloir défendre notre habitat, de laisser momentanément la famille de coté, car on essaye de bien expliquer notre point de vu, si c’est pour ensuite être classé verticalement.

 

Je pense que vous-même, Monsieur le Commissaire Enquêteur, devez vous poser cette question. Pour moi il s’agit d’un simulacre de démocratie et il ne faut pas s’étonner que les gens désespèrent et n’utilisent plus ce moyen d’expression. 

 

C’est un sujet que j’ai abordé avec le Médiateur de la République, et apparemment, ses services se penchent sur la question ( http ://www.lemediateuretvous.fr/fr/debat-publique-concertation-enquete-publique-les-citoyens-100746 )

 

Revenons maintenant à cette « sous enquête publique », vu qu’elle aurait du se faire en même temps que l’enquête publique concernant le projet Hambrégie. C’est simplement du bon sens et logique.

 

Là également, tout est scindé, 225 000 volts vers le nord et 400 000 volts vers le sud.

 

Les phases de concertations, concernant ces deux projets de tracés, ont été présentées ainsi. J’ai participé et contribué à ces deux concertations. Il n’y a aucune utilité à faire un tracé Nord 225 000 volts si, de toute façon on va se raccorder à la ligne 400 000 volts Marlenheim/Vigy. On va détruire un environnement, mettre en danger la vie de personnes (champs magnétiques), alors que tout pourrait être raccordé simplement en doublon vers le Sud (2x 400 000 volts). De toute façon il faudra creuser une tranchée, alors autant mettre les deux lignes ensembles. C’est ce que j’avais proposé lors de ces phases de concertation (en dernier recours, car je suis opposé au projet Hambrégie), mais cela n’a pas été retenu, car les autorités avaient déjà prévu de scinder les raccordements.

 

Encore une fois, nous avons été mis devant le fait accompli. S’il y avait eu enquête publique sur l’ensemble du projet (centrale + raccordements électriques) on aurait pu s’exprimer à ce sujet, mais dans le cas présent non.

 

Rien de ce que nous (associations) avons émis comme observations, n’a été retenu pour cette enquête publique, et il va en être de même pour l’enquête publique 400 000 volts, car j’ai déjà tous les documents en ma possession, vu que j’étudie ces dossiers pour apporter des observations avant enquête publique. Et les dossiers n’ont quasiment pas évolué, entre le premier jet et l’enquête publique

 

Tout a été découpé en « petites cases » où l’on ne peut répondre que par oui ou par non. Est-ce là un exemple de démocratie ?

 

Je vais terminer ma première intervention sur la Déclaration d’Utilité Publique. La C.N.D.P. ne peut être saisie pour une ligne de 225 000 volts et qui a jugée que pour la ligne 400 000 volts, il n’y avait pas lieu de faire un Débat Publique. Cela montre bien que ce projet n’a pas d’utilité au niveau national.

 

Je vais, une fois de plus consacrer de mon temps (et de ma santé) pour faire infléchir des décisions, certainement, déjà prises, en apportant mes contributions à ces enquêtes publiques. Mais si l’histoire se répète, comme pour le projet de centrale thermique au gaz Hambrégie, je pense que le mot « démocratie » devra trouver une nouvelle définition dans nos dictionnaires contenant les mots simulacre et théatre.

 

                                                                                              René MOMPER

---------------------------------------------

 

En plus de cette intervention j'ai également remis un extrait de 41 pages de la présentation faite en fin d'année dernière à Neufgrange concernant le projet de ligne électrique 225 000 volts qui devrait traverser, entres autres, cette commune :

 

https://skydrive.live.com/?cid=783d560a8b6e2721#!/view.aspx/.Public/Conf%c3%a9rence%20Neufgrange%20version%2011%2010%202010%20pour%20le%20blog.ppt?=cid=783d560a8b6e2721&sc=documents

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article