La retraite, l'affaire de (presque) tous les français

Publié le par Le Macroscope

La retraite toujours d’actualité, mais cette fois-ci, on revient sur ce qu’on avait annoncé auparavant : « Retraite : hauts revenus épargnés ? » (http://www.republicain-lorrain.fr/fr/france-monde/article/3304846/Retraite-hauts-revenus-epargnes.html ). Comme toujours un effet d’annonce et ensuite on fait machine arrière. Est-ce ainsi qu’on gouverne ?

 

Cela ressemble beaucoup aux petits robots de nos enfants qui avancent dans une direction et dès qu’ils rencontrent un obstacle repartent dans une autre direction jusqu’au prochain obstacle. Mais l‘obstacle en question n’est pas n’importe quel obstacle. Ce sont les « amis » fortunés qui montrent les dents lorsqu’on risque de toucher à leur fortune.

 

Il en est de même lorsqu’on veut imposer un projet pour faire plaisir à ces « amis » (Hambrégie par exemple). L’obstacle citoyen lambda semble poser moins de problèmes que l’obstacle Crésus.

 

« Le Premier ministre a expliqué : «  La justice va nous conduire à solliciter de nouvelles sources de financement parce que l’effort doit être partagé par tous », mais n’est pas revenu sur ce qui avait été envisagé, la taxe sur les revenus supérieurs à 11 000 € par mois ». Effort partagé par tous sauf par ceux qui ont les moyens de soutenir cet effort.

 

On nous prend ouvertement pour des cruches !

 

Autre exemple :

 

« Peut-on travailler pendant sa retraite? » (http://www.20minutes.fr/article/551239/Economie-Peut-on-travailler-pendant-sa-retraite.php )

 

« Grâce au mécanisme de surcote, un salarié peut augmenter sa future pension en travaillant au-delà de 60 ans. A titre d'exemple, un salarié âgé de 60 ans ayant déjà cotisé quarante ans, qui accepterait de travailler encore deux ans, verrait sa pension augmentée de 5% par an, soit 10 %. Un coup de pouce loin d'être négligeable, et qui peut faire réfléchir... »

 

D’une part 2 années de cotisations représenteraient 10% d’augmentation de sa retraite. Les 40 autres années représenteraient donc, en gros, 90% de sa retraite ? Soit environ 2,25% par année cotisée. Cela ressemble fortement à un remboursement de prêt où la part capital devient plus importante en fin de prêt. On table sur un salaire important en fin de carrière. Mais quelle entreprise sera prête à débourser plus d’argent alors que les « jeunes » sont moins chers. C’est encore un effet d’annonce qui concerna quelques « privilégiés ». Les personnes qui auront durement travaillé durant toute leur carrière ne seront pas en mesure de bénéficier de cela.

 

D’autre part, avec le projet de repousser l’âge légal de la retraite, cette mesure ne fera que le « bonheur » des seules personnes qui ont un travail « cool ».

 

Lorsque l’on voit la « reculade » suite à l’annonce des indemnités que Christine BOUTIN (9 500 euros par mois). Comment ose-t’on annoncer de tels chiffres sachant que beaucoup de personnes sont en précarité. Il n’y a plus de fracture sociale en France, mais un gouffre social. D’un coté on travaille dur pour joindre les deux bouts, et de l’autre on dilapide des sommes astronomiques.

 

Lorsque je vois, pour ma compagne, que sa demande de retraite pour invalidité a été faite en février 2009 et qu’en juin 2010 nous n’avons quasiment par progressé, malgré diverses relances, c’est à se demander si pour les « hauts revenus » c’est pareil, certainement pas. En attendant elle n’a aucun revenu, et cela ne sera pas rétroactif (fonction publique).

 

C’est un exemple parmi tant d’autres que nous autres citoyens vivons tous les jours. Mais ce n’est pas important. Que représentent ces quelques centaines ou éventuellement milliers d’euros comparé à un salaire de 9 500 euros par mois ? En un voire deux mois de ce salaire, l’affaire est oubliée. Mais pour nous simple citoyens, cela représente 1 an de salaire.

 

Pour les retraites c’est pareil, le gouvernement n’est pas à quelques centaines d’euros près, vu que cela ne représente pas grand-chose à ses yeux. En revanche pour les retraités lambda, cela représente soit un vie à peu près décente ou un enfer.

 

Descendez de vos piédestaux, vous ne vivez pas dans le même monde.

 

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article