Production d’électricité: avenir incertain à l’horizon 2015

Publié le par Le Macroscope

Un nouveau « grand n’importe quoi » pour faire croire au français que la France a besoin de plus de centrales thermiques au gaz.

 

Voici un extrait de l’article en question : « En conclusion, RTE confirme son message vigilance de 2009 et fait un appel du pied aux investisseurs. »

( http://www.journaldelenvironnement.net/article/production-d-electricite-avenir-incertain-a-l-horizon-2015,18288?xtor=EPR-9 )

 

En somme « invertissez ! Plus il y a de centrales et plus nous aurons de chiffre d’affaire ». Il est temps d’arrêter toutes ces bêtises (pour rester correct). Qui pousse à vouloir faire installer toutes ces centrales au gaz inutiles d’un point de vu « besoin énergétique de la France » ?

 

Les éléments avancés dans cet article, viennent contredire le Rapport Final de la Commission Nationale des Débats Publics (C.N.D.P.) concernant l’« Expertise complémentaire sur une meilleure identification des politiques énergétiques alternatives au projet Penly 3, et le contenu en gaz à effet de serre de l’électricité consommée en France ». Je ne pense pas que ce sont des manchots qui ont contribués à ce rapport final. ( http://www.debatpublic-penly3.org/docs/etudes-complementaires/rapport-energies-demain.pdf ).

 

Je remercie au passage les lecteurs avertis de mon Blog, car je suis maintenant destinataire de beaucoup d’articles intéressants, de leur part, concernant l’énergie en France et dans le monde.

 

Revenons au Rapport de la C.N.D.P. (page 64) : « L’objectif retenu par la PPI correspondant à celui formulé par le COMOP 10 à l’horizon 2020 permet à lui seul de répondre aux besoins en 2030 engendrés par les scenarii les plus alarmistes, et d’ailleurs irréalistes, que sont les scenarii « Pré-Grenelle » et « AME ».

Il est vrai que dans nos simulations les scenarii les moins volontaristes demandent un recours plus fort aux énergies fossiles en 2030 pour répondre aux besoins français. Mais dans ce cas où nous nous retrouverions sur une croissance de la demande proche du scenario Pré-Grenelle, les horizons de temps auxquels les problèmes apparaîtront sont suffisamment éloignés (15 à 20 ans) pour se permettre de pouvoir reporter de plusieurs années une décision définitive sur le réacteur de Penly, soit à une date où nous aurions une idée réelle de l’impact des différentes mesures mises en place ces derniers mois. De surcroît, parvenir d’ores et déjà à une telle conclusion reviendrait à considérer que les objectifs fixés dans le cadre du Grenelle de l’Environnement ne seront pas atteints. »

 

Qu’est ce que les scenarii Pré-Grenelle et AME ?

(Page 54 de ce rapport)

 

Production-thermique-a-flammes-2020-et-2030.JPG

 

Pour le scénario le plus catastrophique (Pré-Grenelle), on nous indique une production d’environ 49 Twh issue des centrales thermiques au gaz en 2030. Soit l’équivalent de 25 C.C.G. fonctionnant à 4 500 heures par an, ou 14 C.C.G. fonctionnant à 8 000 heures par an. Je vous rappelle que 40 C.C.G. sont « dans les cartons », donc plus qu’il n’en faut, même pour ce scénario catastrophe improbable (comme précisé dans le rapport de la C.N.D.P.).

 

Autre scénario catastrophe, l’hypothèse AME : 31 Twh à l’horizon 2030. Soit l’équivalent de 9 C.C.G. fonctionnant à 8 000 heures par an (ou 16 C.C.G. fonctionnant à 4 500 heures par an). Les 16 C.C.G. sont déjà atteints au vu des autorisations déjà données. (Voir tableau ci-dessous).

 

Centrales CCG existantes et en projets en France

 

Pour les scenarii plus réalistes, la production varie en 11 et 22 Twh. Soit au maximum 11 C.C.G. fonctionnant à  4 500 heures par an.

 

Dans tous les cas de figures, avec les 16 C.C.G. autorisés, nous dépassons déjà largement les scenarii les plus catastrophiques et improbables, et ceci pour 2030 !!

 

On nous prend vraiment pour des demeurés.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article