Hambrégie ou comment imposer un projet sans concertation

Publié le par Le Macroscope

Vous avez du lire sur le site de l’A.D.P.S.E. l’article sur les concertations concernant les projets de lignes T.H.T. de 225 000 volts et de 400 000 volts qu’on veut imposer aux habitants de notre région.

 

http://centralethermiquehambach.over-blog.fr/article-attention-soyons-sur-nos-gardes-danger-des-lignes-tht-50494041.html

 

Enfin un mot qui apparaît dans ce projet : concertation.

 

Les habitants pourront confronter leurs opinions à … R.T.E. mais non à Hambrégie. Eh oui, le saucissonnage du projet a été judicieusement préparé. Hambrégie se réfugie derrière le fait que c’est R.T.E. qui est compétent dans le domaine du raccordement électrique de ce projet de centrale au gaz et non hambrégie. Ce qui n’est pas faux, mais pourquoi ne pas avoir instruit l’ensemble de ce projet avec les raccordements électriques ?

 

Certainement, parce que cela « ne se pratique pas habituellement ». Il est plus facile de saucissonner un projet global en plusieurs sous-projets pour éviter que les citoyens aient une vision globale de ce projet. Imaginez si l’on avait présenté ce projet dans son ensemble avec toutes les contraintes qui seront imposées aux habitants des secteurs concernés.

 

Rien que le projet de la centrale elle-même a déjà fait l’objet d’une levée de boucliers. Avec le raccordement électrique de cette centrale, on va dénaturer et rendre stérile pas mal de terrains. On va bien sur nous dire « oh mais, nous n’ouvrons qu’une bande de terrain de 5 mètres de largeur et on referme ensuite, cela ne se verra plus ». Oui mais une bande de 15 à 20 km de longueur dans un sens et une autre d’environ 7 km dans l’autre. Il faudra débroussailler, couper des arbres etc.. Et ensuite, plus de plantations à racines profondes sur cette bande de terre. Sans compter les champs magnétiques qui vont être générés par ces lignes T.H.T. enfouies. Je consacrerai un article à ce sujet dans les prochaines semaines.

 

Dans le dossier de Hambrégie qui était soumis à enquête publique l’année dernière, figurait bien le raccordement à la Sarre pour les prélèvements d’eau conséquents qui seront faits une fois la centrale en activité (j’espère que non). On aurait donc bien pu intégrer le raccordement électrique de cette centrale, même si elle est « sous-traitée » par R.T.E..

 

En somme, on met une centrale et ensuite on regarde comment on la raccorde (même si on a déjà son idée à ce sujet). C’est une méthode que je n’apprécie guère. Pourquoi ne pas mettre carte sur table les tenants et aboutissants de ce projet.

 

Lors de l’enquête publique, les questions relatives au raccordement électrique n’ont pas pu avoir de réponses, vu que cela ne faisait pas parti de l’enquête publique.

 

Lors des concertations sur les projets d’enfouissements les lignes T.H.T. de 225 000 volts et 400 000 volts, les questions en lien avec Hambrégie ne pourront plus être abordées, vu qu’il y avait déjà eu une enquête publique concernant le projet de centrale thermique et que cela n'est pas en rapport avec ces concertations. C’est bien pensé tout cela !

 

A quel moment les citoyens peuvent-ils s’exprimer sur l’ensemble du projet ?

 

Cela aurait du se faire lors d’une concertation préalable sur l’ensemble de ce projet, comme le préconise le Grenelle de l’Environnement, mais qui n’a pas été mis en œuvre ici. Pour quelles raisons ?

 

Habitants des régions concernées, ne manquez pas de vous exprimer lors de ces concertations sur les projets d’enfouissement des lignes T.H.T.. Même si vous avez l’impression que ce n’est qu’une mascarade. Vos interventions sont importantes, la preuve, le commissaire enquêteur avait émis un avis défavorable concernant le projet de centrale thermique de Hambrégie. Cela veut dire, que nous autres citoyens avons notre mot à dire et que le destin de notre région est tout de même entre nos mains.

 

Faisons le pour le bien de nos enfants et petits-enfants.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tyfer 21/05/2010 18:15


Entièrement d'accord , la Commission du débat à d'ailleurs précisée :
La Commission regrette que le projet de construction d’une centrale de production de type « Cycle combiné à gaz », qui rend nécessaire le raccordement et fonde l’opportunité de ce dernier, ne donne
pas lieu, dans le cadre de la réglementation actuelle, à une saisine de la Commission nationale.
La Commission considère l’ensemble du projet (production d’électricité et évacuation) comme artificiellement scindé.

http://www.debatpublic.fr/docs/communique_decisions/communiquedecisioncndp-4-novembre-2009.pdf


Le Macroscope 21/05/2010 18:30



Je suis entièrement d'accord avec ce qui est écrit. C'est un point très important que la C.N.D.P. a soulevé. L'un ne va pas sans l'autre. C'est ce que je n'arrête pas de marteler, mais la
législation est ainsi faite. Il faudrait impérativement et très rapidement la modifier. Quand on voit le nombre de centrales qui sont projetées en France et qu'aucune concertation n'est
envisageable, c'est un non sens.


Merci de m'avoir rappelé communiqué. Je l'ai cherché depuis un moment.