A quand des normes limitant les exposition de longues durées aux champs magnétiques en France

Publié le par Le Macroscope

Suite à l'article "Lignes à haute tension : les enfants à protéger en priorité" paru sur le site du Figaro ( http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/05/27/01016-20100527ARTFIG00678-lignes-a-haute-tension-les-enfants-a-proteger-en-priorite.php ), je tiens a apporter certaines précisions.

 

« 75% des Européens considèrent que les lignes à haute tension (THT) peuvent affecter leur santé selon un Eurobaromètre publié en 2007 . Ce chiffre peut paraître excessif au regard des conclusions du sénateur socialiste Daniel Raoul, à l'origine d'un rapport présenté jeudi sur l'impact des champs électriques et magnétiques sur la santé et l'environnement. «Le risque est faible», écrit l'élu, «il n'y probablement pas de risque mais il n'y a pas de fait scientifique pour l'étayer indiscutablement.» Lire la suite l'article »

 

C’est un sujet qui refait surface à chaque « grand projet » comme par exemple la liaison Cotentin-Maine. Ou, plus près de chez nous, les projets d’enfouissement des deux lignes 225 000 et 400 000 volts. Elles sont destinées à raccorder le projet de centrale au gaz de Hambach (Hambrégie).

 

On ne peut nier l’existence de gros doutes. Bien que, soit disant, les experts se contredisent, des faits existent.

 

« Car si aucun lien de causalité n'a été établi, quelques cas de leucémies sont en effet recensés chez les enfants fortement exposés aux champs électromagnétiques. Rien de très alarmant toutefois : 2 à 12 cas seulement leur seraient imputables chaque année. »

 

Malheureusement le rapport n’est pas encore disponible. Il aurait été bien de savoir sur quelles bases ces 2 à 12 cas ont été retenus, et sur quel échantillon de la population. OPECST: rapport sur « les effets sur la santé et l’environnement des champs magnétiques produits par les lignes à haute tension » présenté le 26 mai.

 

Une étude, qui est régulièrement énoncée, est l’étude DRAPER ( Dont voici un résumé : http://www.latht.com/DrGeraldDraperEtudeCancerEnfantileLignesTHTpublicationBMJ.pdf ).

 

« Résultats : Comparé aux enfants qui vivent à plus de 600 m d’une ligne à la naissance, les enfants vivant à moins de 200 m ont un risque relatif de leucémie de 1.69 (95 % intervalle de confiance 1.13 à 2.53) ; Pour ceux nés à des distances comprises entre 200 et 600 m, le risque relatif est de 1.23 (1.02 à 1.49). Il y a une variation significative du risque (P<0.01) avec l’inverse de la distance à la ligne. Aucun excès de risque en lien avec la proximité des lignes n’a été trouvé pour les autres cancers infantiles. »

 

Il serait également bon de savoir quels ont été les critères pour décider qu’une leucémie est imputable aux champs magnétiques ou non. A-t’on d’abord recensé toutes les leucémies et retiré celles qui pourraient avoir comme origine, par exemple, une radiothérapie ou chimiothérapie antérieure, une exposition à des substances chimiques, un trouble génétique etc.. En somme on retire tous les cas « qui pourraient » avoir pour origine ce qui est énoncé ci-avant, et ceux qui restent seront retenus comme ayant pour origine probable, l’exposition aux champs magnétiques. Et si la majorité de ces cas était du à l’exposition aux champs magnétiques ? Quels seraient alors les chiffres ? Qui peut avec certitude affirmer l’origine d’une leucémie ?

 

La France, malheureusement, ne cherche pas à mettre en place une norme pour limiter l’exposition de longue durée aux champs magnétiques, comme l’on fait d’autres pays. La seule norme existante en France est celle de l’O.M.S. qui fixe 100 µT comme exposition à ne pas dépasser pour le grand public. Mais voilà, cette norme est fixée pour une exposition de courte durée (quelques minutes). En revanche il n’existe aucune norme en France pour les expositions de longues durées (quelques heures par jour).

 

Pourtant, d’autres pays, ou même certains instituts français appliquent leurs propres normes ( Quelques exemples : http://www.webevolusion.org/page51.php ). L’Italie et la Suède, par exemples, ont fixé des normes de 0,2 µT à ne pas dépasser sur une longue durée.

 

Quelques exemples de plus :

 

- Monographies du CIRC (Volume 80) (19-26 juin 2001) - Static and Extremely Low Frequency Electric and Magnetic Fields - en préparation pour l’étude Interphone  (0,4µT)

 

- Scientifiques indépendants  - Roger SANTINI (France 1995) - Pierre LE RUZ (France 1995) - Jean- Marie DANZE (Belgique 1995) (0,2µT)

 

- Président du Conseil National américain de Protection contre les Radiations (NCRP : Council Radiation Protection Board recommandations)-  rapport du 13/06/1995 - hôpitaux, écoles et résidences (0,2 à 1 µT)

 

- C.H.U.de Brest- article678- contenu5581 (mise à jour 12 01 2010) – revoir les normes ?

 

Pourquoi ne prenons-nous pas, en France, ces mêmes précautions ? Il y a assez de présomptions pour demander l’application du principe de précaution.

 

Probablement du fait que cela fait maintenant depuis trop longtemps que des gens sont exposés à ces champs magnétiques et que, celles-ci pourraient se retourner contre l’Etat, E.D.F. ou R.T.E. si jamais un lien de cause à effet était démontré. Tant qu’on parle de 100µT, personne ne s’inquiète vu qu’on reste souvent en-deçà, mais avec 0,2 µT ce n’est plus pareil.

Publié dans Santé

Commenter cet article