La France peut-elle réduire de 30% ses émissions de gaz à effet de serre (GES) ?

Publié le par Le Macroscope

Un article du 21 mai 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg (Rédacteur en chef du Journal de l'environnement) fort intéressant. ( http://www.journaldelenvironnement.net/article/la-france-peut-elle-reduire-de-30-ses-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-ges,17470 )

 

On parle toujours de réduire les gaz à effet de serre comme dans le Paquet Energie Climat qui impose aux 27 de baisser de 20% leurs émissions d’ici 2020.

 

La Commissaire à l’action climatique, Connie Hedegaard, préconise de porter cet objectif à 30%. C’est réalisable, mais il faut la volonté politique pour y arriver. Malheureusement, en France, nous semblons être sur la mauvaise voie.

 

Si l’on reprend l’exemple de la production d’électricité en France, comment réduire les émissions de CO2 ? En développant les énergies renouvelables bien sur. Mais où en sommes nous à l’heure actuelle ? 2020 c’est dans 10 ans, c’est demain !

 

Une autre piste était de remplacer les centrales thermiques les plus polluantes (charbon, fioul) par des centrales thermiques au gaz (moins polluantes). Mais ceci à puissance électrique équivalente produite. Or, on autorise plus de centrales thermiques au gaz que le strict remplacement des centrales au charbon.

 

La réduction d’émission de CO2 du fait de ces remplacements est beaucoup moins importante que les émissions de CO2 engendrées par toutes ces centrales au gaz qui viennent en surplus. Il est temps d’y mettre un terme !

 

Il devient plus facile de construire et d’exploiter des centrales thermiques au gaz, qui rapporteront beaucoup de bénéfices aux actionnaires, que de construire et d’exploiter d’autres moyens de productions.

 

Il est totalement aberrant que ces projets de centrales thermiques au gaz ne fassent pas l’objet d’une saisine de la Commission Nationale des Débats Publics (C.N.D.P.).

Point qu’avait d’ailleurs relevé par la C.N.D.P. : COMMUNIQUE DES DECISIONS DE LA CNDP DU 4 NOVEMBRE 2009. (http://www.debatpublic.fr/docs/communique_decisions/communiquedecisioncndp-4-novembre-2009.pdf )

 

« La Commission regrette que le projet de construction d’une centrale de production de type « Cycle combiné à gaz », qui rend nécessaire le raccordement et fonde l’opportunité de ce dernier, ne donne pas lieu, dans le cadre de la réglementation actuelle, à une saisine de la Commission nationale. »

 

La réglementation doit absolument être revue, sans quoi la prolifération des centrales va s’amplifier au détriment des Energies Renouvelables et de la « volonté » de baisse des émissions de CO2.

 

Je suis bien curieux de voir comment la France va pouvoir baisser ses émissions de CO2. Peut-être en ne déclarant pas tous les émetteurs de CO2 ?

 

Le P.N.A.Q. II (2008/2012) de la France mis à disposition sur le site de la Commission Européenne, indique un « droit d’émission » de la France de 659 968 873 tonnes de CO2 sur cette période (modification du 27/03/2009). Pour simplifier environ 132 000 000 tonnes par an. 1 004 entreprises y sont référencées.

 

En revanche, sur le site de l’I.R.E.P. ( http://www.journaldelenvironnement.net/article/la-france-peut-elle-reduire-de-30-ses-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-ges,17470 ), pour l’année 2008, il y a 2 341 établissements référencés pour un total d’émission de CO2 de 172 579 075 tonnes. Ces données sont régulièrement mises à jour.

 

Que sont devenus les 1 337 établissements non retenus dans le P.N.A.Q. II et surtout que sont devenus les 40 millions de tonnes de CO2 par an entre ces deux tableaux ?

 

Est-ce par ces tours de passe-passe qu’on va arriver, artificiellement, à atteindre les objectifs fixés ?

 

 

 

Publié dans Environnement

Commenter cet article